Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Noy et Gilbert en Thaïlande

vie quotidienne-pratique

Jours fériés (1)

6 Décembre 2016 , Rédigé par Gilbert Publié dans #Vie quotidienne-pratique

Aujourd'hui 5 décembre est un jour férié en Thaïlande.

Cette date correspond à l'anniversaire du défunt Roi Bhumibol et les thaïlandais en font aussi la fête des pères.

(Pour rappel la fête des mères est fixée au 12 aout, date anniversaire de la reine Sirikit voir http://lopezthai.over-blog.com/2016/08/aujourd-hui-en-thailande-c-est-la-fete-des-meres.html )

 

Les jours fériés sont nombreux en Thaïlande (15 cette année !) et vont parfois par 2 (31 décembre+1er janvier) ou même... par 3 (pour Songkhran, le nouvel an thaï du 13 au 15 avril).

Ils peuvent aussi être "décalés" d'une journée si la date fériée tombe un dimanche !... En 2016 ce fut le cas pour le 1er mai ou le 23 octobre par exemple (voir http://lopezthai.over-blog.com/2016/10/23-octobre-jour-ferie-en-l-honneur-du-roi-rama-v.html ).

Comme en France, ils correspondent à des fêtes "laïques" (le 1er janvier, le 1er mai) ou religieuses (bouddhistes bien sur), mais il y a également les dates "royales" (5 décembre, 12 aout, 6 avril, 5 mai).

 

A ce propos le changement de Roi va entrainer une modification de certains jours fériés (date anniversaire du Roi, de son couronnement par exemple) mais les dispositions pour l'année 2017 ne sont pas encore prises.

Jours fériés (1)
Jours fériés (1)
Jours fériés (1)
Jours fériés (1)

Pour beaucoup de thaïlandais, ils sont l'occasion de retourner voir la famille ("au village"). Durant ces périodes, les bus, les trains, les avions sont pris d'assaut… à l'image de ce qu'il se passe en France lors des "ponts" ou des fêtes de fin d'année.

 

Toutes les administrations locales et nationales, certaines institutions (les banques, la poste par exemple), les bureaux de certaines compagnies privées (généralement celles qui ne sont pas en contact direct avec le public) sont effectivement fermés.

Par contre, la plupart des commerces sont ouverts 7 jours sur 7 et on ne constate que très peu d'exceptions. La notion de jour férié est donc assez relative (un peu d'ailleurs comme cela est en train de le devenir en France !) puisque quasiment toutes les activités privées restent "ouvertes".

Lire la suite

La ballade du jour

5 Décembre 2016 , Rédigé par Gilbert Publié dans #News perso-Famille, #Vie quotidienne-pratique, #Photos, #Tourisme-Découverte-Visites

En bord de mer à Banglamung, à moins de 10km de la maison...

La ballade du jourLa ballade du jourLa ballade du jour
La ballade du jourLa ballade du jourLa ballade du jour

Pause déjeuner...

  • "Homok talay" : soufflé de fruits de mer au lait de coco et curry
  • "Khao pad talay" : riz frit aux fruits de mer, parfumé au curry
  • "Pad kana namman hoy" : légumes sautés à la sauce d'huitre

 

La ballade du jour
La ballade du jour
La ballade du jour
La ballade du jour
La ballade du jour
La ballade du jourLa ballade du jourLa ballade du jour
La ballade du jourLa ballade du jour

Fin de journée sur la plage de Wong Amat

La ballade du jour
La ballade du jour
La ballade du jour
La ballade du jour
La ballade du jour
La ballade du jour
Lire la suite

Vous habitez à quelle adresse ? ("Baan you ti naï ?")

4 Décembre 2016 , Rédigé par Gilbert Publié dans #Vie quotidienne-pratique, #Parlons Thaï

En Thailande, il est assez facile de se perdre lorsque vous souhaitez vous rendre à un endroit déterminé, même si vous pensez disposer d'une adresse précise.

Pourtant le cadastre étant assez bien organisé, les batiments ont en principe tous un numéro dans une rue qui porte un nom (y compris les magasins ou les immeubles). Tout ça est généralement assez précis.

Vous habitez à quelle adresse ? ("Baan you ti naï ?")
Vous habitez à quelle adresse ? ("Baan you ti naï ?")
Vous habitez à quelle adresse ? ("Baan you ti naï ?")
Vous habitez à quelle adresse ? ("Baan you ti naï ?")

Dans les grandes villes, un nom d'immeuble ou de zone commerciale, des "repères" (un magasin, un parc, un croisement,...) seront quand même utiles, surtout si vous devez demander votre chemin aux locaux.

 

En fait ce sont plutôt les noms de rues qui peuvent créer la confusion. Comme en Europe, certains noms sont très proches les uns des autres mais la confusion s'aggrave souvent si la transcription du thai vers l'anglais est imprécise ou si votre prononciation est mal comprise par les locaux.

Et surtout, dans beaucoup de villes, les principales avenues ("Thanon") peuvent faire plusieurs kilometres et les thais se repèrent en numérotant les rues adjacentes (les "soïs").

Les "soïs" pairs et impairs sont sur les cotés opposés mais le soi 18 n'est pas forcément "en face" du soi 17 ou 19… (loin de là même parfois).

Pour toutes ces raisons, programmer une destination sur un Gps relève parfois du casse-tête…

Ici, les adresses postales sont généralement assez longues et complexes.

La numérotation devant le nom de la rue, se présente sous la forme 117/21 Moo 3.

Le "Moo", abbrévation de "Moobaan" désigne une subdivision du village ou de la ville, cela équivaudrait en France à un quartier ou un lotissement.

Les deux premiers nombres font référence à l'emplacement physique du batiment (21e maison sur le 117e terrain ou parcelle).

En plus du numéro et du nom de la rue, vous devrez mentionner 3 niveaux "administratifs" :

  • Le "Tambon" ---------> le village équivalent, en France, à la commune
  • L' "Amphoe" ----------> le district équivalent, en France, au canton ou arrondissement
  • Le "Changwat" -------> la province équivalent, en France, au département

Le code postal (à 5 chiffres) devra etre mentionné en dernier.

(Les deux premiers chiffres correspondent à la province, les trois derniers au bureau de poste dont dépend l'adresse).

Voici donc ce que cela donne par exemple :

Par chance, la poste thailandaise est plutot performante.

 

Par exemple, le facteur parviendra à trouver le destinataire même avec une adresse écrite exclusivement en anglais…mis à part peut etre dans les campagnes reculées. Faites la même chose en France… je serais curieux de connaître le résultat du test !

Vous habitez à quelle adresse ? ("Baan you ti naï ?")
Vous habitez à quelle adresse ? ("Baan you ti naï ?")
Vous habitez à quelle adresse ? ("Baan you ti naï ?")
Vous habitez à quelle adresse ? ("Baan you ti naï ?")
Vous habitez à quelle adresse ? ("Baan you ti naï ?")

Comme en France, si le destinaire n'est pas trouvé, le courrier sera renvoyé à l'expéditeur.

Le système de suivi d'un courrier est aussi disponible (et efficace). Si, en tant que destinataire, vous avez connaissance d'un courrier qui ne vous est pas parvenu à cause par exemple d'une erreur d'adresse ou de code postal, vous pouvez savoir dans quel bureau de poste il se trouve et le cas échéant, vous pouvez aller le retirer directement avec une pièce d'identité.

Vous habitez à quelle adresse ? ("Baan you ti naï ?")
Vous habitez à quelle adresse ? ("Baan you ti naï ?")
Vous habitez à quelle adresse ? ("Baan you ti naï ?")
Vous habitez à quelle adresse ? ("Baan you ti naï ?")
Lire la suite

Scène de la vie quotidienne.... (1)

19 Novembre 2016 , Rédigé par Gilbert Publié dans #Insolite, #Vie quotidienne-pratique

Scène de la vie quotidienne.... (1)
Scène de la vie quotidienne.... (1)
Lire la suite

Qu'est ce que le "Tabien Baan" ?

17 Novembre 2016 , Rédigé par Gilbert Publié dans #Formalités et Règlementations, #News perso-Famille, #Vie quotidienne-pratique, #Parlons Thaï

En devenant propriétaire, Noy a reçu le premier "Tabien Baan" à son nom...
Qu'est ce que le "Tabien Baan" ?

Ce document n'a pas d'équivalent en France.

Les anglophones ici l'appellent le "House Registration Book" (Livret de la maison), ce qui peut préter à confusion car ce n'est pas tout à fait un titre de propriété...

Il se présente sous la forme d'un livret bleu (pour les thaïlandais, il est jaune pour les étrangers) et pourrait être comparé au Livret de Famille (qui n'existe pas ici) sauf que les personnes qui y figurent ne forment pas obligatoirement une famille…

En fait, le "tabien baan" est attaché à une adresse physique (le mot "baan" signifie maison en thai).

Il est émis par la mairie et il est au départ attribué au propriétaire de la maison (ou appartement) en question. Un locataire ne peut pas avoir de "tabien baan" à son nom et certaines adresses n'ont pas de tabien baan (par exemple une maison louée par un propriétaire qui est lui-même domicilié ailleurs).

Le titulaire du tabien baan (qui n'est donc pas nécessairement le "chef de famille") pourra y faire ajouter les personnes qui vivent sous son toit. Généralement, cela correspond effectivement à la famille (parents et enfants, éventuellement les grands-parents) mais on peut aussi y inscrire oncles, cousins, beau-frère,… et même pourquoi pas un ami de la famille... ainsi que sa petite amie du moment, etc... Il n'y pas de règle en la matière, cela est à la discrétion du titulaire du tabien baan.

Un étranger résident en Thaïlande peut se faire inscrire sur un "tabien baan" mais cela n'a rien d'obligatoire.

Présenté ainsi, ce système peut sembler un peu folklorique mais en fait c'est le fondement principal de l'état civil en Thaïlande.

La modification du titulaire du tabien baan intervient lorsqu'il décède (bien sur !) ou lorsque la maison concernée est vendue… A priori, lorsque le titulaire d'un tabien baan déménage, il "emmène" avec lui sur le tabien baan de son nouveau domicile toutes les personnes qui étaient inscrites sur celui de l'ancien… à moins qu'elles ne soient pas d'accord bien sur ! Dans ce cas, le nom de la personne en question restera "domicilié" à la mairie, à charge pour elle de faire son changement d'adresse par la suite.

Lorsqu'une personne non titulaire d'un tabien baan désire changer d'adresse, elle devra demander au propriétaire de sa nouvelle adresse de faire les démarches auprès de sa mairie pour que ce nouveau nom soit transféré sur son tabien baan.

Concrètement, beaucoup de thailandais ne font jamais ces démarches et il n'est pas rare qu'ils restent toute leur vie "domiciliés" à l'adresse de leurs parents même en ayant déménagé à plusieurs reprises.

Ces principes peuvent aussi créer des situations un peu ubusesques où une personne aura changé d'adresse sans même le savoir…

C'est ce qui est arrivé à Noy.

En juillet dernier, elle avait en sa possession une ancienne copie de son "tabien baan" domicilié à l'adresse de la maison de sa mère, qui appartenait en fait à un de ses frères. Celui-ci étant décédé, sa mère également, la maison avait été reprise par un cousin, qui lui-même l'a revendue depuis et s'est installé à une nouvelle adresse avec sa "famille" (incluant Noy !).

Vous avez suivi ?

Habitant en France à l'époque, Noy n'avait pas été informée de ces changements et au moment de refaire sa carte d'identité, elle a donc découvert qu'elle avait "changé d'adresse"... Elle a du retrouver le cousin en question et aller chez lui pour faire une copie de son nouveau tabien baan...

Résultat : quelques jours d'incertitude, un peu d'énervement et plusieurs heures perdues dans 3 mairies différentes...

Tous les thais doivent avoir au moins une copie de leur "tabien baan" (celui où ils sont enregistrés). Ce document est indispensable pour tout un tas de démarches (refaire une carte d'identité ou un passeport, se marier... mais aussi pour acheter une voiture, ouvrir un compte en banque, s'inscrire à l'université, créer une société,…)

Lire la suite

"Chu alai ?" / Comment vous appellez vous ? (2)

11 Novembre 2016 , Rédigé par Gilbert Publié dans #Formalités et Règlementations, #News perso-Famille, #Vie quotidienne-pratique, #Parlons Thaï

Je vous ai déjà expliqué que l'état-civil thaïlandais pouvait parfois être déroutant pour nos esprits européens dans un précédent article :

http://lopezthai.over-blog.com/2016/09/nom-prenom-surnom-mais-comment-s-appellent-les-thais.html

Voici une autre précision qui différencie encore les usages thaïlandais des principes français...

En Thailande, le nom de famille n’est pas immuable comme il l’est en principe en droit français et il est relativement facile de "changer de nom".

Cette démarche se fait simplement à l' "Amphoe" (échelon administratif correspondant au canton ou arrondissement en France) dont vous dépendez sans intervention de juristes ou magistrats.

 

 

C'est ce que nous avons fait lorsque j'ai officiellement adopté notre fille Ben en 2009 et qu'elle a donc pris le nom de... โลเปซ  

(ceci est la transcription en thaï de LOPEZ)

 

 

 

Voici son certificat d'adoption et de changement de nom          =========>>>>

 

-----------------------------------------------------------------------------------------------------

Parmi les exemples les plus connus, la famille des anciens premiers ministres, Thaksin et Yingluck (sa sœur), qui était d'origine chinoise, s’est fait attribuer en 1938 celui de ชินวัตร Chinawatra... ce qui signifie « habitué à faire le bien »... tout un programme !

-----------------------------------------------------------------------------------------------------

Il est un exemple plus récent et très sympathique.

La championne d'haltérophilie, Junpim Kuntatean (จันทร์พิมพ์ กันทะเตียน ) avait gagné la médaille d'argent aux championnats du monde en 2005.

 

En 2007, sur les conseils d’une diseuse de bonne aventure, elle a changé ses prénom et nom en Praphawadi Charoenrattanatharakun  ประภาวดี เจริญรัตนธารากูล  (son nouveau prénom pouvant se traduire par « celle qui est bonne » et son nom de famille par « heureuse pierre précieuse »...)

Bien lui en prit !... En 2008, elle gagna la médaille d'or aux Jeux Olympiques de Pékin !

Lire la suite

Permis de conduire

10 Novembre 2016 , Rédigé par Gilbert Publié dans #Formalités et Règlementations, #Vie quotidienne-pratique, #News perso-Famille

Pour conduire en Thaïlande, vous devez avoir un permis de conduire en règle... normal...

Personnellement, mon permis de conduire français date de janvier 1981... avec une jolie photo...

! vintage !

Avant de déménager, j'ai également fait établir un "Permis de Conduire International" (c'est gratuit en France)

Le permis international permet de conduire en Thaïlande pendant une durée de 3 mois, mais au-delà vous devez être en possession d'un permis thaïlandais. Je pensais (naïvement) que le fait de présenter mon permis international suffirait pour l'obtenir... En fait, ce n'est pas tout à fait aussi simple...

D'abord, vous devez être en possession d'un visa autre que "touriste" et produire une "attestation de résidence", document facilement obtenu (moyennant 250 baths) auprès du bureau de l'immigration. Vous devez également fournir un certificat médical pour attester que vous êtes apte à la conduite (un médecin vous le délivre sans difficulté... pour ma part, il s'est limité à prendre ma tension et à me demander si j'avais des maladies !).

 

Ensuite, je comprends que le permis international délivré en France comporte deux inconvénients majeurs...

D'abord, tout ce qui concerne l'identité du titulaire, le numéro du permis, la date de validité,... est rédigé exclusivement en français... ce qui n'est pas très pertinent pour un permis qui se dit "international" et utilisable en principe dans les pays non francophones...

Mais surtout, il fait référence à la "Convention sur la circulation routière du 8 novembre 1968"...

Or, la Thaïlande (comme beaucoup d'autres pays) n'a pas ratifié cette convention. Ici, la seule convention internationale reconnue est celle de 1949...

On m'a donc poliment expliqué que pour l'obtention du permis thaïlandais, mon permis international ne servait à rien... et que je devais fournir une traduction (certifiée) en anglais ou en thaï, de mon permis de conduire français.

Faire traduire un permis de conduire coute 800 baths soit env. 20 € mais la "certification" du document traduit, qui ne peut se faire qu'à l'Ambassade de France à Bangkok (*) coute 951 baths soit 25 € supplémentaires... 

Voici donc à quoi ressemble la traduction (certifiée !) de mon permis de conduire français en thaï         ===========>>>>

 

(*) d'où notre journée passée à Bangkok... http://lopezthai.over-blog.com/2016/11/une-journee-a-la-capitale.html

 

Moyennant quoi, après un petit contrôle rapide de mes reflexes (réagir en appuyant sur un frein lorsque le feu passe au rouge) et de ma vue (reconnaître simplement les couleurs rouge, jaune et verte) et le paiement de 310 baths (env. 8 €), j'avais tous les documents requis pour valider ma demande !

Le système de prise de photo numérique étant en panne, j'ai du patienter 24 heures, mais ce matin, j'ai pu récupérer mon permis de conduire thaïlandais...

Permis de conduirePermis de conduire

Il est au format carte de crédit, bilingue thaï & english et au dos, sont symbolisés les véhicules pour lesquels le permis est valable (des permis différents sont émis pour les 2 roues ou les camions, je me suis contenté du permis voiture).

Pour les étrangers le numéro d'identité est celui du passeport.

Lors de la première émission, le permis thaïlandais est valide 2 ans et devra être sera renouvelé par la suite selon la même procédure, par périodes de 5 ans.

Lire la suite

Une journée à la capitale...

8 Novembre 2016 , Rédigé par Gilbert Publié dans #Vie quotidienne-pratique, #Tourisme-Découverte-Visites

Hier nous sommes allés à Bangkok…

 

Nous n'avons pas voulu prendre notre voiture car Bangkok combine à peu près tous les pièges de la conduite en Thaïlande.

D'une part c'est une ville tentaculaire où il est facile, sinon de se perdre, en tous cas de faire des kilometres et des kilometres inutiles ! D'autre part, le comportement des thaïlandais au volant et les embouteillages monstres sont très consommateurs d'énergie... à la fois pour le conducteur et le véhicule !

Nous avions aussi décidé de partir de Pattaya plutôt que de Rayong car c'est beaucoup mieux desservi et cela nous fait gagner une heure de trajet.

Voici donc le compte-rendu de cette journée…

Lever à 5h20 du matin… Moto-taxi pour se rendre au terminal des bus…

Achat des billets (108 baths = moins de 3 € par personne pour le trajet jusqu'à Bangkok, soit env. 150 km)

 

 

Départ du bus à 6h30 (il y en a un toutes les 30mn et ils sont presque systématiquement pleins !), conditions de voyage tranquilles, le bus est récent, les passagers calmes, seule la clim est un peu frigorifiante (comme d'hab… mais on s'est mis en pantalon !)

 

Après un trajet de 2h45, notre bus est scotché dans les embouteillages à l'entrée de Bangkok… Comme plusieurs autres passagers, nous décidons de descendre avant le terminus pour attraper le métro aérien qui passe à proximité.

 

Une journée à la capitale...
Une journée à la capitale...
Une journée à la capitale...
Une journée à la capitale...

Direction donc le réseau BTS (métro aérien de Bangkok) à la station "Udom Suk".

Après environ 20mn de queue au guichet des tickets (les machines automatiques n'acceptent pas les cartes de paiement et  fonctionnent exclusivement avec des pièces !), nous voilà dans le métro aérien, confortable, moderne, très propre, moyennement bondé (rien à voir avec le métro parisien aux heures de pointe !), seule la clim est un peu frigorifiante...

 

 

 

Quelques arrêts intempestifs, changement à la station "Siam" (toutes les stations et correspondances sont annoncées à la fois en thaï et en anglais)... et nous descendons à la station "Saphan Taksin", au bord de la rivière Chao Phraya.

Le trajet a duré environ 45 minutes et a couté 52 baths (1,35 €) par personne.

Un peu de marche dans la chaleur étouffante (heureusement le soleil est discret ce matin !) et nous arrivons à notre destination, l'Ambassade de France, vers 10h30… (nous sommes partis il y a plus de 4 heures !)

Je suis venu là pour quelques formalités (j'aurai l'occasion d'en reparler), le personnel de l'Ambassade est accueillant, professionnel... seule la clim est un peu frigorifiante…

Comme il n'y a pas trop de monde, nous sommes prèts à repartir vers11h45…

Surprise à la sortie de l'Ambassade : des trombes d'eau et un ciel entièrement bouché !! L'après-midi touristique, ce sera une autre fois !

Après avoir attendu (en vain) une accalmie,…sans parapluie ni imper, il vaut mieux trouver un tuk-tuk (le mini taxi typique de Bangkok) pour retourner à la station de métro…

Trajet retour par le BTS dans les mêmes conditions (personne n'a baissé la clim !) avec arret cette fois au terminal des bus (Ekamaï) pour retourner sur Pattaya.

En attendant le départ du bus retour, on a le temps de grignoter (petites brochettes, riz gluant, chips de crevettes, pastèque découpée, thé glacé).

 

 

Le bus est moins confortable qu'à l'aller (étant installés à l'arrière, on sent beaucoup plus les nids de poule !) et surtout la clim est vraiment... frigorifiante !

Heureusement, malgré à nouveau quelques gros embouteillages à la sortie de Bangkok, le parcours retour est plus rapide (2h) et nous sommes finalement arrivés vers 16h…

Bilan : 10h de "voyage", nous avons passé quasiment toute la journée dans les transports pour environ 1h à l'Ambassade, ce qui était le motif de notre venue à la capitale…

 

Lire la suite
<< < 10 20 30 31 32 33 34 35 36 37 > >>